30 avril 2009

Mafalda

9782723429627

Puisque nos enfants se préparent tous à devenir, par notre faute, de petits Mafalda en puissance, il serait prudent de traiter la vraie Mafalda avec le respect que l’on doit à un personnage réel. Umberto Eco

Lors de l'Escale du Livre (clin d'oeil à Icar, Fabrice, Vincent et Patricia), j'ai retrouvé l'attachante Mafalda. Cette petite fille de six ans dont une place porte le nom, figure parmi les dix Argentines les plus influentes du XXe siècle. J'ai sans hésité acheté le magnifique intégrale pour replonger dans ses histoires à portée philosophique avec une touche de cynisme. C'est ma "bible", composée d'un assemblage de 12 volumes, sur ma table de nuit. Aussi loin que mes souvenirs puissent remonter, je me rappelle avoir étudié quelques extraits en espagnol de la seconde à la terminale. Ce qui me plaisait chez elle : sa candeur, son intelligence, sa curiosité, son anticonformisme, son inquiétude et sa manière de regarder l'univers adultes avec ses yeux. L'humour en toute liberté. Comme dit Joaquín Salvador Lavado, alias Quino, je ne crois pas que l’humour puisse changer quoi que ce soit, mais c’est parfois le grain de sable qui peut faire évoluer les choses. Sa particularité est de traquer sans hésiter les défauts de notre société sous forme d'humour afin de rendre plus supportable l'injustice et les aberrations. Il a besoin de dessins et de dialogues pour nous faire rire. Chaplin n’a pas besoin de mots pour faire rire, Jacques Tati non plus. Mais Woody Allen a besoin des mots pour être drôle. Ce qui fait la différence est la manière d'utiliser l'humour. Rien n'est obsolète.

Posté par misscultura à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Mafalda

Nouveau commentaire